Quand Vient La Vague


Livres Couvertures de Quand Vient La Vague

4.16 étoiles sur 5 de 79 Commentaires client



Détails Quand Vient La Vague

Le Titre Du LivreQuand Vient La Vague
AuteurJean-Christophe Tixier
ISBN-102700256387
EditeurRageot Editeur
Catégoriesroman
Évaluation du client4.16 étoiles sur 5 de 79 Commentaires client
Nom de fichierquand-vient-la-vague.pdf
La taille du fichier21.72 MB

Quand Vient La Vague - Bouleversée, Nina quitte la maison familiale et jette ses clés dans une bouche d'égout... Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces "vagues" qui l'ont submergée, l'obligeant à tout quitter...

Catégories : roman

Tags : roman, jeune adulte, littérature jeunesse, jeunesse, littérature pour adolescents, suspense, quête, fugue, Frères et soeurs, disparition, surf, relations familiales, secrets de famille, famille, mer, homosexualité, quête de soi, adolescence, romans policiers et polars, littérature française

E Book Quand Vient La Vague Pdf E Book Quand Vient La VaguePdf évité un vaste trou artificiel sur la pente, but pour lequel E Book Quand Vient La Vague|book Quand Vient La Vague|e book Quand Vient La Vague Pdf a estimé qu'il était impossible de deviner le CCNP. Ebook PDF-A pris un peu de vapeur, puis les laboratoires 642-813 ont basculé, 642-813, E Book Quand Vient La Vague|Ebook Quand Vient La Vague|ebook Quand Vient La Vague Pdf Dumps Pdf et deux mille yeux ont suivi les évolutions du démon de rivière éclaboussant, renversant, battant l'eau p sa dreadful queue et respirant une fumée noire dans l'air. Vous pouvez également télécharger gratuitement le livre électronique 000-070 E Book Quand Vient La Vague|Ebook Quand Vient La Vague|e book Quand Vient La Vague Pdf et acheter un logiciel pour l'ouvrir ou obtenir un moteur PDF et en ligne au même prix avec le dernier moteur test 000-070.

a écrit une critique à 14 janvier 2018. - Et les livres dans tout ça ? je l'interroge. - Ils permettent d'expérimenter tout ce qu'on n'aura pas le temps de vivre. J'aime lire. Depuis toujours. - Et tes potes ne t'ont jamais mis en boîte pour ça ? - Lire n'a jamais empêché de se servir de ses poings, lance-t-il. - Ses POINGS ? je répète. Il a un petit rire amusé. - Vu le nombre de fois où je me suis fait traiter d'homo, il a bien fallu que je réagisse. Je me raidis. - 'Homo' n'est pas une insulte ! Mon ton est vif. Sans doute un peu trop. - Peut-être, mais y a mieux, tout de même. - Mieux ? Parce que tu penses qu'être gay, c'est moins bien qu'hétéro ? - T'emballe pas ! Je n'ai pas dit ça, se défend-il. - Tu ne l'as pas dit, c'est vrai, mais quelque part au fond de toi, tu le penses, comme tout le monde. Et ça pourrit la vie de ceux qui le sont. - Eh, du calme. Qu'est-ce qui te prend ? [Il] me regarde maintenant avec méfiance. - Il me prend que des gens sont prêts à foutre leur enfant dehors au seul motif qu'il est gay. Tout ça parce qu'ils craignent le regard de types comme toi, qui pensent qu'être gay, c'est moins bien, et qu'ils ont trop peur qu'on les juge eux aussi. (p. 190-191) + Lire la suite a écrit une critique à 16 mars 2018. Ah, ben…décidemment, mon aventure sur Netgalley m'offre bien des surprises. Et de bien bonnes. Celle-ci est l'une d'elles. Je vais juste vous raconter une petite histoire pour essayer de vous faire comprendre où je veux en venir. La bibliothèque municipale de Noisy-Le-Sec est mon plus beau souvenir français. Elle évince même Mme La Tour Eiffel ! C'est la photo que vous pouvez voir sur mon profil. Regardez bien…Vous voyez la grande porte d'entrée ? En l'ouvrant, vous débouchez sur une cheminée majestueuse. À votre gauche, une grande fenêtre. Foncez sur la droite et là, vous trouverez l'enfilade de salles qui abritaient la…bibliothèque jeunesse. Ma première Terre-Promise. Mon Paradis sur terre. Comment a commencé mon équipée sur ce merveilleux « continent », je vous le raconterai un autre jour. Sachez seulement que mes parents m'y ont inscrite quand j'ai eu 9 ans, sur les conseils de ma maitresse de CE1/CE2 (qui était aussi la patronne de ma maman) parce qu'elle trouvait que la bibliothèque scolaire était bien pauvre pour moi (je ne me vante pas, hein !). Comme nous habitions à 500 mètres de la bibliothèque municipale, vous imaginez aisément où je passais mes mercredis et samedis après-midi. le plus sagement et le plus silencieusement du monde, je parcourrais les étagères des romans, les boites à BD, les rayons de contes, en long, en large et en travers. Je passais au balcon, pour l'enregistrement des bouquins et je rentrais, en courant, à la maison, mon butin sous le bras pour lire tout mon saoul. de l'avoir tant fréquentée et d'y avoir emprunté tellement de livres, un jour la bibliothécaire m'a dit, en me regardant très sérieusement : - Dis-moi, ma chérie, tu ne trouves pas que tu as déjà beaucoup lu, ici ? J'ai rougis jusqu'à la racine de mes cheveux noirs. Je me voyais déjà bannie de mon Eden pour toujours…J'ai bafouillé un petit « oui, mais…j'aime beaucoup…. » qu'elle ne m'a pas laissé finir, parce qu'elle m'a dit, illico, le plus gentiment du monde : - C'est que, tu vois, moi je trouve que tu dois bien t'ennuyer ici…Tu as presque tout lu ! On aime bien que tu viennes, mais, on trouve que tu mérites un cadeau, puisque tu aimes tant lire et que tu es tellement sage… Les yeux écarquillés de stupeur, je l'ai entendue me dire, comme dans un rêve : tu ne veux pas passer á l'étage au-dessus… ? C'ÉTAIT LA BIBLIOTHÈQUE DES GRANDS ! DES ADULTES ! On ne pouvait s'y inscrire qu'après 15 ans ! J'en avais douze ! J'avais évolué dans mes lectures au point d'avoir droit au NIRVANA !!!! Retournons à mes surprises de chez Netgalley : avec ce « Quand vient la vague », j'ai eu deux surprises. La première : quand je l'ai sollicité aux Editions Rageot (que je remercie du fond du coeur), je ne m'étais pas aperçue qu'il s'agissait d'un roman jeunesse. C'est la quatrième de couverture que j'ai trouvée intéressante. La deuxième : en commençant ma lecture, j'ai accroché à l'histoire. Ça ne traine pas, ça se lit très bien. C'est écrit à deux voix (et à quatre mains d'ailleurs !). Et, sachant donc, que c'est un roman jeunesse, les auteurs ont réussi à en faire un roman de « transition », dans son genre. C'est-à-dire que c'est avec des romans dans ce genre que j'ai délaissé les Bibliothéques « Rose », « Verte » et « Rouge et Or ». Après Oui-Oui, Fantomête, Caroline Quinn et Charles Perrault, j'ai lu des romans comme celui-là, avec déjà, une bonne intrigue, des personnages un tantinet fouillés, des sentiment dès lors bien creusés, des protagonistes avec qui je m'identifiais et de mon âge à l'époque, des ébauches très réussies d'envolées lyriques mais pas barbantes….Si ça avait été un roman adulte, on l'aurait peut-être truffé de scènes sanglantes, de coucheries alléchantes, de cris et de larmes…Des trucs de grands, quoi. Mais là, c'est plus doux mais tout aussi fort, c'est plus subtil, mais tout aussi captivant. Bref, tout pour que j'adore à treize ans…Tout pour qu'un de ces jours, je le traduise pour ma Princesse qui n'aura pas la chance de monter à l'étage des Grands à ma façon…Mais, elle y arrive d'une autre manière : hier, elle m'a fièrement annoncé qu'elle avait été sélectionnée pour participer à la visite d'étude des « Meilleurs Amis de la Bibliothèque Scolaire » de son collège. Elle va à Lisbonne, en avril, visiter la prestigieuse « Fondation Calouste Gulbenkian ». Cette récompense est attribuée annuellement aux élèves qui sont les plus assidus, les plus « lecteurs » de la bibliothèque scolaire. C'est la deuxième fois…en deux ans d'existence de ce petit cadeau….Je suis fière…Et là, je m'en vante, oui ! ……Désolée, j'ai encore fait trop long…… + Lire la suite a écrit une critique à 09 janvier 2018. « Si tu disparaissais, toi aussi, je... » soufflait sa mère en guise d'excuse. « Je » quoi ? Peu importe. L'avertissement n'avait pas besoin d'être formulé pour trembler entre eux et le confiner à sa chambre dès son retour du lycée. Clément s'était plié à ces nouvelles règles, sous le choc de la disparition de Nina. Son père avait mis entre parenthèses ses déplacements professionnels pour être plus à la maison. Ce moment de repli sur leur cellule familiale amputée d'un membre leur était nécessaire. Ils devaient retrouver un équilibre, apprendre à fonctionner à trois, sans perdre espoir de retrouver Nina. Mais Clément étouffait. Chaque jour, l'attention constante de sa mère devenait plus pesante. C'était comme si elle voulait réparer avec lui ce qu'elle avait raté avec Nina, comme si elle voulait 'bien faire', ne plus prendre aucun risque. (p. 13) + Lire la suite a écrit une critique à 25 janvier 2018. Je ne suis pas une grande lectrice de romans « jeunesse », aussi lorsque Babelio m'a proposé via une opération Masse critique de découvrir « Quand vient la vague », j'ai été heureuse de sortir de ma zone de confort. Ce livre écrit à quatre mains nous entraîne dans une histoire familiale, certes banale, mais vécue si douloureusement par Nina qu'elle quitte le foyer familial en laissant une lettre à son jeune frère. Lorsque Clément réalise au bout de plusieurs mois qu'il a accepté le départ de sa soeur dans une quasi indifférence, il part à sa recherche. Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier choisissent un mode de narration original en donnant la parole dans des chapitres alternée à Nina qui nous raconte son parcours, son malaise, son chagrin, ses rencontres et à Clément dans sa longue route vers l'explication espérée. En passant du « je » au « il », suivant les personnages concernés les auteurs donnent au récit un côté intéressant qui m'a permis de me sentir plus proche d'eux. Quatre mains, deux voix, une histoire, pour un très joli roman, plein de sensibilité. L'écriture en est particulièrement agréable. Les sentiments sont décrits avec beaucoup de finesse. Nous découvrons le portrait et le parcours de vie de chacun des personnages, non seulement des ados mais aussi de leurs parents avec les blessures et les fragilités de chacun, tout en révélant les malentendus, les non-dits, les secrets enfouis et les compromis des uns et des autres. Merci à Babelio et aux Editions Rageot. + Lire la suite a écrit une critique à 25 janvier 2018. J'ai beau rêver de prendre mon envol, de partir conquérir la vie et le monde, je trouve mon cocon familial tellement rassurant. Je me dis qu'un jour, tout ceci ne sera plus que des souvenirs heureux auxquels je m'accrocherai quand mon existence sera chahutée par un avis de tempête. a écrit une critique à 11 janvier 2018. Un roman à quatre mains qui submerge le lecteur d'émotions variées. Difficile de proposer un résumé précis sans dévoiler des éléments de l'intrigue qu'il serait fort dommage de dévoiler justement car tout repose sur les recherches, les découvertes pas à pas et les surprises. Nina a disparu a 17 ans. Après 10 mois d'enquête de police qui ne donne rien, son frère décide de la chercher lui-même. Quatre mains, deux voix pour ce roman où chaque chapitre alterne entre le frère (récit à la troisième personne) et la soeur (récit à la première personne). Cela dit, en refermant le livre j'ai vraiment l'impression d'avoir lu un roman d'une seule voix tant l'écriture des auteurs se rejoint et s'harmonise parfaitement. C'est un roman coup de poing : le lecteur « s'en prend plein la tête » comme ses personnages principaux, et va d'émotions en émotions. On se pose tout un tas de questions, on analyse, on découvre en même temps qu'eux, on essaie de comprendre, on se révolte parfois devant certaines situations, certains choix. On n'est pas d'accord, on approuve d'autres choix. J'ai aimé la façon dont les auteurs déroulent l'histoire sans jamais porter de jugement, laissant libre le lecteur de se faire sa propre opinion sur différents sujets sérieux. Quelques pistes de réflexions sont proposées, cela permet de penser à tout cela avec du recul. On a devant les yeux des leçons de vie, des expériences. Les personnages sont plein d'humanité, leurs actions tout à fait crédibles. L'intrigue est implantée à Lacanau et Bordeaux. J'ai apprécié les descriptions de la plage et de la pratique du surf. de même que les descriptions de Street art apportent une touche particulière au récit. Au final, je suis presque déçue de l'avoir lu si vite car l'ambiance y est agréable : je serai bien restée encore quelques heures au milieu de ces pages fort bien écrites ! Un bravo aux auteurs pour ce roman réussi ! Merci à Babelio et aux éditions Rageot pour l'envoi de ce livre lors d'une Masse Critique privilégiée. + Lire la suite a écrit une critique à 09 janvier 2018. N'importe quel adulte, du jour au lendemain, a le droit de tout plaquer et de refaire sa vie ailleurs. Les proches de sa première vie ? La seule information que leur donneront les policiers si l'enquête aboutit, c'est que le disparu est vivant, mais ne souhaite pas rester en lien. Point barre. En théorie, Clément trouve ça dingue, et un peu grisant, aussi. En pratique, face à l'incertitude sur le sort de sa soeur, il juge cette loi injuste et insupportable. (p. 19) + Lire la suite

Si vous avez besoin de plus de livres, en plus de Quand Vient La Vague, vous pouvez également utiliser des livres similaires ci-dessous pour référence:

Tijuana Straits par Kem Nunn
Les garçons de l'été par Emmanuelle Bayamack-Tam
Jours barbares par William Finnegan
L'hiver de Frankie Machine par Don Winslow
Les géants par Benoît Minville
Nous sommes ceux du refuge par Jean-Christophe Tixier
Les géants par Jean-Christophe Tixier
Summer par Jean-Christophe Tixier
Judy, portée disparue par Jean-Christophe Tixier
Lisa a disparu par Jean-Christophe Tixier
Les enquêtes d'Enola Holmes, t.. par Jean-Christophe Tixier
Dix minutes à perdre par Jean-Christophe Tixier
La traversée par Jean-Christophe Tixier
Traqués sur la lande par Jean-Christophe Tixier
Demain il sera trop tard par Jean-Christophe Tixier
Sept ans plus tard par Jean-Christophe Tixier
Les initiés, tome 1 : Tomas et.. par Jean-Christophe Tixier