Le Goût Sucré Des Souvenirs


Livres Couvertures de Le Goût Sucré Des Souvenirs

3.62 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client



Détails Le Goût Sucré Des Souvenirs

Le Titre Du LivreLe Goût Sucré Des Souvenirs
AuteurBeate Teresa Hanika
ISBN-102365693415
EditeurEditions Les Escales
Catégoriesroman
Évaluation du client3.62 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client
Nom de fichierle-goût-sucré-des-souvenirs.pdf
La taille du fichier25.9 MB

Le Goût Sucré Des Souvenirs - Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au coeur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d'abricot, tous confectionnés avec sa mère. Véritable madeleine de Proust, la confiture sucrée la replonge immanquablement dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne nazie : son quotidien d'abord faste et luxueux, ses grandes soeurs qu'elles jalousaient secrètement, la voix de sa mère lorsque celle-ci ch...

Catégories : roman

Tags : roman, suspense, amitié, nazis, mémoire, poetique, résilience, soeurs, écrivain femme, juif, deuil, pardon, enfance, drame, numérique, fantômes, seconde guerre mondiale, histoires de famille, déportation, littérature allemande

e-bookvente chaud, mais au second où vous avez votre nom, votre créativité est épuisée.

Le Vrai Sens p Le Goût Sucré Des Souvenirs PDF Livre

Les livres ont supérieurs et apportent une grande connaissance. Par conséquent, si votre livre est disponible ailleurs, vous devez le dépublier à ce point de supply. Vous pouvez créer un livre p conférence en minutes sans compétences de programmation professionnelles.

La Signification de Télécharger Le Goût Sucré Des Souvenirs le Livre en Pdf

Vous pouvez des livres à partir. Plusieurs personnes m'ont demandé remark j'avais eu le livre sur Amazon. Si vous rencontrez un livre sur Amazon et que vous ne pouvez pas l'acheter pour une raison quelconque, vous pouvez le télécharger Le Goût Sucré Des Souvenirs gratuitement au format PDF ou EBook. Vos livres seront désormais synchronisés sur tous vos appareils, y compris votre ordinateur vous pourrez également télécharger Le Goût Sucré Des Souvenirs des livres directement dans l'application. Le mode de traitement de tous les livres est similaire, ce qui permet de rappeler et de reprendre les theories étudiés à tout moment, sans confusion. Ils sont libres de quel sujet disponible, et iln'est pas nécessaire p se connecter ou p s'inscrire. Les livres disponibles dans NCERT vous feront étudier de différente de celle des apprenants ordinaires.

À l'aide p Le Goût Sucré Des Souvenirs Pdf Gratuit Livre à Télécharger

Le livre a été édité level le psychologue réputé p l'Université p New York, Gary Marcus. Ne présumez pas que, parce qu'il est disponible gratuitement, cela signifie qu'il ne s'agit pas précieux. Vous pouvez rendre votre livre Web privé ou public.

a écrit une critique à 19 mars 2018. C’est drôle de voir ce qui nous reste en mémoire, car je ne me souviens pas de la terreur, des hurlements des sirènes, des bombardements qui traversaient Vienne comme un frisson, une trépidation, un sifflement, à croire que la ville gémissait sous l’effet de la violence. Je me souviens du bruit des bombardiers et me rappelle être restée dehors longtemps, bouche bée, au milieu d’un champ détrempé par le printemps, avec mes bottes maculées de boue et Hitler sous le bras qui venait juste de sortird’hibernation, à regarder les avions, ce vaste front qui progressait au-dessus de Vienne. Je les observais sans peur et sans palpitations, avec seulement l’odeur de la terre humide et labourée dans les narines. + Lire la suite a écrit une critique à 19 mars 2018. Je n’aimais pas la Russe. C’était une fille simple qui venait de la frontière de la Mongolie, avec un visage presque asiatique, un corps souple et léger. Aussi souple que le roseau qui ploie en frémissant sur les eaux noires du lac Baïkal. Aussi léger que les libellules qui se posent sur ta main dans un froissement d’ailes. Elle était sérieuse et tranquille. Et elle ne ramenait pas d’hommes à la maison. Jamais. Elle était peut-être rentrée chez elle après s’être esquinté les pieds à force de danser. Elle avait beau ne pas faire d’histoires, je ne l’aimais pas. + Lire la suite a écrit une critique à 25 février 2018. J'apprécie depuis longtemps les choix éditoriaux des Editions « Les escales », et ce n'est pas ce magnifique roman qui me fera changer d'avis. Il est peu de dire que j'ai aimé ce roman, en fait c'est un coup de coeur que j'ai éprouvé. Dès les premières pages, nous découvrons Elisabetta sous un abricotier, en grande conversation avec Judith et Rahel, les fantômes de ses soeurs disparues à Auschwitz. Elisabetta, aime les fruits de ces arbres qui ont accompagnés son enfance. Elle connaît par coeur, leur odeur, leur texture et cette couleur si particulière, tirant sur le rouge. Elle continue à les cueillir et à en faire des confitures dont les bocaux rejoindront ceux qui datent du temps de son enfance lorsque la famille était heureuse. Pour se souvenir, elle ouvre un bocal et tout revient à sa mémoire, son père médecin, sa mère chanteuse d'opéra et ses soeurs plus âgées que l'enfant jalousait pour leur beauté. Une famille emmenée sous ses yeux par la Gestapo. Aujourd'hui, dans la maison délabrée, la vieille dame héberge une jeune allemande Pola, danseuse dans le corps de ballet de la ville. Une relation étrange se noue entre ses deux femmes. Chacune en proie avec des souvenirs douloureux. J'ai aimé le lien si particulier, fort et fragile à la fois qui uni ses deux femmes. L'auteur a l'art de nous entraîner dans la psychologie et les pensées intimes de ses personnages, nous faisant partager les émotions qui les assaillent. Même si j'ai parfois regretté un certain manque de fluidité dans la narration m'obligeant à revenir en arrière, j'ai apprécié une écriture élégante et addictive. A découvrir absolument. Je remercie les Editions Les Escales qui m'ont permis cette lecture via NetGalley. + Lire la suite a écrit une critique à 12 avril 2018. Il y a des livres qui font chavirer, qui bouleversent et transportent le lecteur dans une autre dimension. Avec le goût sucré des souvenirs, il y a un peu de tout ça. On retrouve des rêveries, des pensées, de l'amour, de la peur, des regrets, mais aussi une histoire douloureuse et douce à la fois. Nous faisons la connaissance de Elisabetta Shapiro, une juive, âgée de 80 ans, originaire de Vienne, qui passe toutes ses journées sous l'abricotier de son jardin à ressasser sa vie, son passé. Puis on revient dans le présent avec Pola, une jeune danseuse, allemande, qui vient d'emménager à l'étage de la maison familiale d'Elisabetta et qui lutte aussi à sa façon contre ses propres démons. L'auteure nous fait jongler entre les deux protagonistes et sans le savoir, Pola va réveiller certaines blessures de la femme et mettre en lumière une vie en pleine montée du nazisme dans les années 30, pendant la Seconde Guerre mondiale. On remonte dans son enfance, dans ses pensées lointaines, dans une nostalgie profonde, avec ses deux soeurs, Judith et Rahel, que l'auteure fait parler à travers elle. Fille d'un médecin et d'une mère chanteuse, Elisabetta profite de sa jeunesse, jusqu'à l'arrivée des nazis... puis la SS (connue pour tous les crimes de guerre, les crimes contre la population...) enverra sa famille au camp de concentration qui se fera tuer. Elisabetta aura juste le temps d'aller se cacher... Et vivra seule toutes ces années dans cette maison à faire des pots de confitures avec pour compagnie les voix de ses défuntes soeurs et cet abricotier aussi vieux qu'elle. Plus on avance dans l'histoire, plus on se rend compte que ce passé est encore bien présent dans la mémoire de cette femme et que la solitude y est pour beaucoup ; mais petit à petit, un lien se met en place entre elles, et tout devient plus clair. Les thèmes choisis sont bien mis en avant même si, par moments, j'ai trouvé que certains passages étaient un chouia confus. Malgré tout, la plume de l'auteure l'emporte haut la main. Je n'ai pas vu le temps passer et j'étais pressée de connaître la fin de l'histoire tout en prenant mon temps pour arriver à la conclusion. Elisabetta m'a touchée, émue, avec des passages qui m'ont bouleversée. L'ensemble est presque poétique, d'une douceur presque piquante par le sujet. Triste et beau à la fois. Un roman que je recommande. + Lire la suite a écrit une critique à 13 juin 2018. A Vienne, Elisabetta Shapiro vit seule dans la maison familiale où elle a passé une enfance choyée, entourée de ses parents et de ses deux soeurs aînées, Rahel et Judith. Il n'était question alors que de jolies robes, de littérature, de garçons et de confitures d'abricot. Mais la guerre a balayé ce bonheur paisible et serein. Juifs, les Shapiro se croyait à l'abri, protégés par le statut de médecin du père. Pourtant, un jour funeste, la famille a été arrêtée et déportée. Seule Elisabetta a échappé à la rafle. Elle a survécu à tout, la guerre, la perte, le chagrin, l'amour, le deuil, pour devenir une vieille femme solitaire, qui cohabite avec le fantôme de ses soeurs et puise dans des pots de confiture, précieusement conservés, le souvenir de ces chers disparus. Pourtant, elle n'est pas seule dans cette maison. A l'étage, habite une pensionnaire, une ballerine, une allemande. Rael et Judith ont beau hurler de leurs voix silencieuses toute le colère qu'elles ressentent pour cette représentante d'une nation qui les a tant fait souffrir, Elisabetta ne peut s'empêcher de s'approcher, lentement, précautionneusement, de cette fille qu'elle connaît déjà et qui lui rappelle un autre chagrin, un autre deuil. Une belle histoire, riche en émotions mais pas forcément un coup de coeur à cause du style parfois confus de l'écriture. On passe d'une époque à l'autre, d'une Rahel à l'autre, sans repères et il faut parfois retourner en arrière pour comprendre. Et cette confusion gâche la fluidité de la lecture. Cependant on ne peut que s'attacher à Elisabetta Shapiro, une survivante qui convoque le souvenir de sa famille en humant les pots de confiture d'abricot que sa mère confectionnait chaque été, une tradition qu'elle perpétue, alignant les bocaux mordorés sur les étagères de la cave d'une maison devenue trop grande pour elle. Par sa relation avec une jeune fille allemande, on en apprend plus sur sa vie après la guerre, sur la vie qui continue, l'amour, la maternité et encore la haine, l'antisémitisme, les morts, le deuil. Mais c'est aussi le pardon qui est au coeur du roman. Faire taire la rancoeur, le besoin de vengeance pour trouver le chemin de l'acceptation, de la compréhension, de l'empathie...Le travail de toute une vie pour celle qui a perdu tous ceux qu'elle aimait pour la seule raison qu'ils étaient juifs. Un roman un peu fouillis mais riche en émotions et en sensations. + Lire la suite a écrit une critique à 19 mars 2018. L’obscurité a avalé cet acte étrangement tendre et silencieux. La noirceur de notre cave l’a occulté comme s’il n’avait jamais eu lieu. Pourtant, les lèvres de Franz étaient vraies, jeunes et tièdes. Elles ont couru sur ma bouche, mes commissures, mon menton à l’aveuglette jusqu’à ce que je lui rende son baiser, ce que j’ai fait comme seule une jeune fille en est capable et ensuite plus jamais. Sans calcul ni préméditation, pour le simple plaisir du baiser. Nous nous sommes embrassés longuement et avec curiosité, sa bouche avait le goût du sommeil et de la terre que je lui avais fait avaler l’après-midi. Je retenais mon souffle avec sa main sur ma joue, ma nuque et mes cheveux de gnome, en me demandant si c’était vraiment moi qu’il voulait embrasser. + Lire la suite a écrit une critique à 03 mars 2018. "La vieillesse ne m'a pas surprise. Je m'attendais à ce qu'elle déferle sur moi, comme une pluie diluvienne qui emporte, noie et éteint tout sur son passage. Mais elle est venue si furtivement qu'aujourd'hui encore, certains jours, je suis stupéfaite par mon propre reflet. Par ma peau ridée, qui donne l'impression que mon corps a mystérieusement rapetissé. Trop de peau, pas assez de chair. La surprise, ça a été mon dos. A un moment donné, il s'est mis à me faire mal et a décidé de ne plus arrêter. Mes plantes de pieds sont rêches et mes poils pubiens inexistants. Ce qui facilite les choses, c'est que je n'ai jamais été belle". + Lire la suite

Si vous avez besoin de plus de livres, en plus de Le Goût Sucré Des Souvenirs, vous pouvez également utiliser des livres similaires ci-dessous pour référence:

Le Liseur par Bernhard Schlink
Siddhartha par Hermann Hesse
Le Loup des steppes par Hermann Hesse
La Mort à Venise par Thomas Mann
Les Souffrances du jeune Werther par Johann Wolfgang von Goethe
L'envol du héron par Beate Teresa Hanika
Cette nuit-là par Beate Teresa Hanika
Le malheur indifférent par Beate Teresa Hanika
Noël à Virgin river par Beate Teresa Hanika
Les affinités électives par Beate Teresa Hanika
Knulp par Beate Teresa Hanika
Le cri du petit chaperon rouge par Beate Teresa Hanika